Les crèmes sans eau à fleur de peau

L’eau semble aller de soi en tant qu’ingrédient des crèmes hydratantes. Pourtant, dans le monde de la cosmétique bio, l’offre de crèmes sans eau s’enrichit. Véritables baumes à l’ancienne, elles sont les alliées de notre peau.

Avant de parler de crèmes, qu’elles contiennent ou non de l’eau, il est précieux d’en apprendre un peu plus sur notre peau. Cet organe fascinant a la bonne idée d’assurer lui-même sa protection grâce à une émulsion composée, entre autres, de sueur (eau) et de sébum (huile). C’est ce qu’on appelle le film hydrolipidique. Ce film régule l’hydratation des cellules, protège des agressions extérieures, microbiennes, fongiques et maintient la souplesse de notre peau.

Tout cela est très au point dès notre naissance. Les problèmes arrivent avec le temps. Effectivement, la production de sébum décline en vieillissant. La peau subit également des agressions extérieures comme le soleil ou la pollution. Il faut donc compenser avec d’autres sources lipidiques pour maintenir nos cellules hydratées.

Avec ou sans eau ?

La plupart des crèmes vendues dans le commerce présentent l’eau purifiée (aqua) comme leur ingrédient principal. L’utilité de l’eau concerne surtout la texture de ces crèmes onctueuses et légères. L’autre avantage est économique : ajouter de l’eau veut dire moins de principes actifs pour le même poids dans le pot. Elles sont donc moins chères à produire et plus abordables à l’achat.

Par contre, l’hydratation n’y gagne rien. Lorsqu’on utilise un produit hydratant, le principe n’est pas d’apporter de l’eau, nous le faisons déjà très bien en la buvant. Non, il s’agit d’aider les cellules à ne pas en perdre en prenant le relais du film hydrolipidique lorsqu’il est en baisse de forme. Et pour ça, il faut de l’huile.

My crème sans eau is riche !

C’est tout l’intérêt des crèmes sans eau. Très riches, bourrées de principes actifs, elles jouent ce rôle de film protecteur. Elles permettent d’éviter l’emploi de produits chimiques de synthèse. L’eau étant un environnement très accueillant pour les bactéries, les formules en contenant se doivent d’utiliser des conservateurs. Pas non plus besoin d’émulsifiants : faites d’huiles végétales, de macérât huileux, de cire d’abeille, elles se tiennent bien sagement dans leur pot sans « trancher » comme une mayonnaise ratée. Plus d’irritations générées par ces produits !

Étant très concentrées, les crèmes sans eau s’utilisent en petite quantité ce qui, finalement, les rend plutôt économiques. Leur composition s’adapte aux différents types de peau. C’est pourquoi on peut avoir une peau grasse et trouver son bonheur avec une formule à base d’huile de jojoba par exemple. Elles sont parfaites pour les peaux matures.

Mes p’tites astuces

Les crèmes sans eau sont idéales en cas de grand froid. Si vous vous aventurez vers le cercle polaire, il est bon de savoir que s’appliquer de l’eau sur votre peau peut générer de l’inconfort. En cas de températures négatives, l’eau va rapidement refroidir et donner une sensation de brûlure et de tiraillement. Il faut créer une solide barrière protectrice et les huiles végétales contenues dans ces crèmes sont parfaites pour l’emploi.
Fanny, du blog Les Petites Choses de Fanny l’explique très bien dans cet article.

Si vous n’aimez pas la texture de ces baumes, si vous rêvez de plus de légèreté pour votre peau, il existe des crèmes aux eaux florales. Des hydrolats associés aux huiles végétales offrent des crèmes plus onctueuses 100 % actives. Le compromis parfait pour bénéficier d’un véritable soin, facile à appliquer et très efficace pour votre peau.